top of page

Mon costume pour HALLOWEEN - Lady Ciguë

Il était une fois sur une colline isolée, un hameau, où vivait une bien étrange famille qui semblait sortie d'un conte lugubre d'un autre siècle.

Le lord venait de rendre l'âme quelques jours plus tôt dans d'étranges circonstances et sa veuve épleurée, Lady Ciguë, venait lui faire ses derniers adieux en ce jour pluvieux...


Pour... rendre un dernier hommage à feu mon Mari j'ai invité quelques amis pour un diner très particulier. Il me faut, pour l'occasion, coudre une tenue appropriée.




J'ai justement reçu ce matin ce merveilleux tweed envoyé par Lady Alisson des Coupons de Saint Pierre il sera parfait pour rester au chaud dans notre vieux manoir impossible à chauffer correctement !


Le tweed, à l’origine, était tissé à la main : il était rugueux, épais et feutré et les couleurs étaient plutôt ternes. Il s’agissait véritablement d’un habit de travail pour les hommes.

Puis il est entré dans une nouvelle phase, dans la première moitié du XIXème siècle, quand les nobles anglais ont commencé à acquérir des propriétés à la campagne pour pouvoir pratiquer plus librement leurs loisirs comme la chasse, le tir ou la pêche.


En 1954, Coco Chanel, toujours à l’avant-garde, donne au tweed un accent de modernité en proposant une jupe portefeuille s’arrêtant aux genoux et une petite veste à la coupe droite, sans artifice et inspirée des uniformes militaires autrichiens. Le succès est immédiat et les personnalités les plus influentes de l’époque (Brigitte Bardot, Romy Schneider...) n’hésitent pas à porter ce tissu!


Aujourd’hui, beaucoup de couturiers haute-couture utilisent le tweed et commandent des tissus texturés sur-mesure tissés à partir d’une variété de laines et de fils. Celui est un tweed polyester bien chaud et facile d'entretient, le rêve !



Pour le patron j'ai choisi ce ravissant ensemble de marche de 1890 réalisé par Angela Clayton pour Mc Calls.

J'ai flashé sur le modèle ! Depuis le temps que je voulais me coudre une tenue victorienne. Le costume est composé de quatre pièces, la jupe, la blouse et la veste, compris dans le patron et un chapeau.



J'avais déjà un chemisier que j'ai trouvé à Emmaüs. c'est une véritable pièce ancienne que j'ai trouvé dans une friperie. Une fermeture a été rajouté dans le cou et il y avait beaucoup de déchirures mais, après quelques heures de raccommodage, j'ai réussi à la restaurer. Malheureusement, je n'ai pas réussi à faire partir les tâches jaunes qui la constellaient et j'ai dû me résoudre à la teindre. Par chance la teinture à unifier l'ensemble sans faire de dégâts !



Pour réaliser cet ensemble j'ai utilisé 6m de tweed, une doublure en coton de 3m, de 3m également de taffetas assorti et d'une collection de boutons (j'ai pris tous les tissus sur Les coupons de saint Pierre évidemment, les prix sont tellement attractifs !).

J'ai utilisé ceux-ci que je gardais dans mes trésors. Ce sont d'anciens boutons de bottines qui seront parfait pour ce projet !



J'ai coupé le patron en taille 10 équivalent à une taille 38 chez nous. Il m'a déjà fallu beaucoup de patience pour cette étape car il y a plus de 30 pièces différentes !

La coupe a été aussi une épreuve épique, impossible de trouver comment faire des raccords convenables avec ces carreaux rectangles (appelle t'ont toujours ça des carreaux dans ce cas d'ailleurs ?...) avec en plus le fait de devoir couper dans le biais. J'ai fini par abandonner et j'ai juste suivi les indications de droit fil. Je ne le savais pas encore à ce moment mais le tweed ne se tient pas vraiment.

Ce tissu demande souvent à être bâtit et renforcé, c'est un travail de tailleur que je ne maîtrise pas du tout ! Forcément je me suis rendu compte que quelque chose n'allait pas qu'à l'assemblage des panneaux. "L'élasticité" de ce tweed couplé à un patronage pas vraiment juste, je me suis retrouvée à devoir couper 60cm de tissu au bas de la jupe pour l'adapter à mes 160 cm !!

Après 6 heures de travail j'ai fini par aller me coucher, dépitée.


J'en profite pour vous montrer l'envers du décor. Un morceau de vidéo que je n'ai pas gardé au montage... La vérité derrière mon travail de couturière qui peu sembler toujours facile et réussi sur les réseaux.

Nous connaissons tous des échecs, que ce soit en couture ou dans d'autres disciplines, c'est inévitable. Je trouve alors qu'il est intéressant de les montrer, de dire haut et fort que c'est normal de ne pas tout le temps y arriver et que c'est là que l'on progresse, que ce n'est absolument pas grave et qu'il ne faut pas laisser la peur de l'échec nous empêcher de se lancer.

J'ai repris le lendemain à tête reposée et j'ai choisi de bidouiller une jupe avec les morceaux de la première !



Du coup pour la veste j'ai choisi de tout thermocoller pour éviter les déformations et je pense que ça a bien marché. La veste tombe plutôt bien même si elle est un peu rigide.

J'ai adoré la faire même si encore une fois il y avait une erreur sur le patron au niveau de l'emmanchure.



Pour la soutache j'ai modifié légèrement le design pour faire une chauve-souris dans le dos. C'est la première fois que j'en posais et j'ai adoré. La couture à la main est vraiment reposante et je trouve le rendu canon !

J'ai d'abord décalqué le modèle de base puis j'ai redessiné les pointes. Ensuite, j'ai fait un poncif, une technique que j'ai emprunté au décor sur céramique et à la peinture sur velours, j'ai percé mon calque d'une multitude de petits trous sur lequel je suis ensuite repassée avec un feutre pour reporter mon dessin sur une feuille de papier de soie que j'ai pu déchirer après la broderie effectuée. Je vous glisse des photos juste après, ça sera plus parlant !




Voilà donc pour la réalisation ! Au final j'ai réussi à retomber sur mes pattes, du coup un conseil, même quand la situation semble désespérée on fini par trouver des solutions, il faut juste se laisser un peu de temps !


Je porterais ce costume pour la soirée que je prépare pour le 31 Octobre. J'ai prévu, pour mes invités, un Escape Game que j'ai créé de toute pièce, ce costume s'inscrira parfaitement dans l'ambiance !

Hâte de vous en dire plus, en attendant je vous propose de découvrir la réalisation de ce costume en vidéo et en magie. Je mets aussi quelques photos en fin d'article.


 

Un gros gros merci à Alisson des Coupons de saint Pierre, qui m'a suivie dans ce projet un peu fou et sans qui je n'aurais pas pu le faire !







Comments